Le podcast audio, nouvelle frontière du brand content ?

27 janvier 2020

Happy Birthday le podcast, qui fête ses 15 ans cette année ! Mais au fait, qui sait d’où vient le mot podcast ? (réponse en bas de post pour ceux qui auront tout lu !)

Si le podcast n’est donc pas une nouveauté, il s’affirme aujourd’hui comme le nouveau format chouchou dans la stratégie de contenu pour les marques. Si comme moi, vous n’avez pas vraiment suivi les raisons de cet engouement, voici un petit update :

D’abord, l’audio permet d’attirer l’attention des consommateurs d’une façon différente, alors qu’on est saturé par la publicité visuelle (nos yeux voient, en moyenne, 1 200 messages publicitaires par jour). Et il intervient à des moments où les consommateurs sont captifs, et potentiellement très réceptifs, par exemple quand ils sont en voiture, qu’ils font le ménage… ou qu’ils se détendent 😉 : 59 % des auditeurs de podcasts les écoutent seuls (étude d’Opinion Way pour Audible – Mars 2017). Autant de moment privilégiés pour parler à la cible !

Ensuite, les canaux de diffusion des contenus audio se sont multipliés : plateformes de streaming (Deezer, Spotify), plateformes dédiées (Majelan), réseaux sociaux,… On peut même désormais lancer un podcast directement depuis les résultats de recherche Google ! Le podcast est véritablement entré dans les mœurs avec plus de 70 millions de podcasts écoutés en juin 2018 en France (source : Médiamétrie).

Enfin, le podcast offre une expérience immersive aux consommateurs : récits, interviews, séries audio, documentaires… Les contenus sont créatifs, variés, intéressants, audacieux. Ils constituent pour les marques un nouveau territoire d’expression, d’autant plus pertinent qu’elles savent rester discrètes. Un bel exemple à mon avis : la série audio L’argent réalisée par Vincent Malone pour Le Poste Général pour Sofinco. Inattendu et instructif. Pour l’écouter, c’est par ici : https://lepostegeneral.fr/onair/listen/id/1785/program/57

Alors, le podcast : tendance de fond ou mode éphémère ? Chez Adrénaline, on est déjà convaincu. D’autant plus que, last but not least, le coût de production d’un podcast n’a rien à voir avec celui d’une prod vidéo. On dit ça, on dit rien 😉

PS : Réponse à la question du haut: le mot podcast est une contraction d’iPod et de broadcast, un néologisme inventé par un journaliste du Guardian en 2004.

Partager l'article :